Un oncle à héritage

L'histoire :

Dans le salon d'une belle maison de campagne, le baron Robien de Condignac s'inquiète. Il est riche et âgé. Il sent bien que son neveu et sa nièce, le considére comme un "oncle à héritage". Il se demande à qui il va bien pouvoir laisser tous ses biens : argent, collection et maison ? A Laurraine ? ou à Charles ? 

Sa nièce, elle est sa préférée, mais hélas,  elle n'a pas d 'enfant. Son neveu Charles a épousé une pimbêche que le baron n'apprécie pas du tout. Il aime encore moins ses triplées de filles.  Sa réflexion l'améne jusqu'à se demander s'il ne va pas tout légueraux tortues des Galapagos, juste pour embêter cette descendance aux dents longues qui s affaire avec tant de férocité autour de lui.

L 'oncle hésite quand une solution de rechange tombée du ciel par Internet  finit par se présenter. Est-ce la bonne ?

Ces rebondissements autour d'un héritage prennent le tour d une comédie mais qu'elle semble réelle ! Lequel d'entre nous ne  l'a plus ou moins vécue ? Et que d'amers souvenirs ces fourberies nous rappellent avec malice.

Un extrait :"Il me reste quoi ? Rien. ... Il vous reste votre neveu et votre nièce, et vous ne pouvez pas dire que ce n'est rien : ils tiennent assez de place ! Vous avez aussi votre nièce, Laurraine. Elle ne vient me voir que lorsqu'elle a besoin d'argent. C'est forcé vous êtes un oncle à héritage ! Et puis, il vous reste un tas de choses en sus des gens : l'appartement à Paris, les tableaux, les bronzes, les bijoux de Madame, tout votre argent, sans compter celui qui est dans vos "paradis" ! Toi aussi tu as fais l'inventaire ! Comme le notaire que m'a envoyé Charles. ... Mon rêve serait de changer d'héritiers sans rien dire. Un secret entre le notaire et moi... Ils en feraient, une tête, après ma mort !... Déjà qu'ils se griffent et grignotent ; là, ils se boufferaient tout crus

Mon avis : le sujet est certe réél mais l'histoire parait invraissemblable. 140 pages qui ne me laisseront pas un souvenir impérissable ! Décevant.